Casa mia  Militello in Val di Catania en Sicile, le village de mes parents, d’où ils ont émigré et où ils sont retournés. Je connais ce lieu depuis toujours par leurs mémoires, leurs récits, nos visites et mes voyages. Mes origines sont en Sicile, c’est ma terre, mais le village c’est chez mes parents, pas chez moi. J’ai besoin d’y aller chaque année, et une fois sur place je m’y ennuie. De l’ennui, de la tendresse et des questions qui m’ont amené à photographier ce village comme on parcourt adulte la maison de son enfance.   Attendre le retour   En hiver, rien ne se passe, c’est figé, seuls les vieux sont dehors. Les autres sont partis travailler ailleurs et ils seront de retour, plus tard. Je me suis aventuré dans les rues et les cafés au cours de promenades, un reportage sans but précis, plus une pratique qu’un objectif. J’ai capté des sensations et des instantanés en laissant de côté ma technique photographique et en cherchant ma place dans ces temps de l’intime.   Attendre l’arrivée   Les processions de Santa Maria della Stella , des 8 et 9 septembre animent Militello in Val di Catania. Les immigrants sont de retour, les touristes et visiteurs nombreux. La place centrale est noire de monde et tous attendent la sortie de la Vierge pour la procession qui se déroule du parvis de l’église Santa Maria aux ruelles du bourg. Tirs de canon, confettis et guirlandes  bianco blu , le village se prépare et se colore pour se célébrer. Sacrées et folkloriques, ces processions sont déjà connues, documentées et photographiées. Je ne voulais pas montrer ce cortège ou ses protagonistes mais son intensité et son rythme pour moi. J’ai pris le regard de ceux qui y assistent, cherchant ma place dans la foule et les temps morts de l’été festif.   Attendre,    trouver sa place,    trouver la bonne distance.    Extrait de l’exposition Casa Mia présentée au    cafe du tunnel.
       
     
Casa+Mia+Militello+in+Val+di+Catania+(Francesco+Ragusa+Photo)02.jpg
       
     
Casa+Mia+Militello+in+Val+di+Catania+(Francesco+Ragusa+Photo)03.jpg
       
     
Casa+Mia+Militello+in+Val+di+Catania+(Francesco+Ragusa+Photo)04.jpg
       
     
Casa+Mia+Militello+in+Val+di+Catania+(Francesco+Ragusa+Photo)05.jpg
       
     
Casa Mia Militello in Val di Catania (Francesco Ragusa Photo)08.jpg
       
     
Casa+Mia+Militello+in+Val+di+Catania+(Francesco+Ragusa+Photo)07.jpg
       
     
Casa+Mia+Militello+in+Val+di+Catania+(Francesco+Ragusa+Photo)08.jpg
       
     
Casa Mia Militello in Val di Catania (Francesco Ragusa Photo)14.jpg
       
     
Casa+Mia+Militello+in+Val+di+Catania+(Francesco+Ragusa+Photo)010.jpg
       
     
Casa+Mia+Militello+in+Val+di+Catania+(Francesco+Ragusa+Photo)011.jpg
       
     
Casa+Mia+Militello+in+Val+di+Catania+(Francesco+Ragusa+Photo)012.jpg
       
     
Casa+Mia+Militello+in+Val+di+Catania+(Francesco+Ragusa+Photo)013.jpg
       
     
 Casa mia  Militello in Val di Catania en Sicile, le village de mes parents, d’où ils ont émigré et où ils sont retournés. Je connais ce lieu depuis toujours par leurs mémoires, leurs récits, nos visites et mes voyages. Mes origines sont en Sicile, c’est ma terre, mais le village c’est chez mes parents, pas chez moi. J’ai besoin d’y aller chaque année, et une fois sur place je m’y ennuie. De l’ennui, de la tendresse et des questions qui m’ont amené à photographier ce village comme on parcourt adulte la maison de son enfance.   Attendre le retour   En hiver, rien ne se passe, c’est figé, seuls les vieux sont dehors. Les autres sont partis travailler ailleurs et ils seront de retour, plus tard. Je me suis aventuré dans les rues et les cafés au cours de promenades, un reportage sans but précis, plus une pratique qu’un objectif. J’ai capté des sensations et des instantanés en laissant de côté ma technique photographique et en cherchant ma place dans ces temps de l’intime.   Attendre l’arrivée   Les processions de Santa Maria della Stella , des 8 et 9 septembre animent Militello in Val di Catania. Les immigrants sont de retour, les touristes et visiteurs nombreux. La place centrale est noire de monde et tous attendent la sortie de la Vierge pour la procession qui se déroule du parvis de l’église Santa Maria aux ruelles du bourg. Tirs de canon, confettis et guirlandes  bianco blu , le village se prépare et se colore pour se célébrer. Sacrées et folkloriques, ces processions sont déjà connues, documentées et photographiées. Je ne voulais pas montrer ce cortège ou ses protagonistes mais son intensité et son rythme pour moi. J’ai pris le regard de ceux qui y assistent, cherchant ma place dans la foule et les temps morts de l’été festif.   Attendre,    trouver sa place,    trouver la bonne distance.    Extrait de l’exposition Casa Mia présentée au    cafe du tunnel.
       
     

Casa mia

Militello in Val di Catania en Sicile, le village de mes parents, d’où ils ont émigré et où ils sont retournés. Je connais ce lieu depuis toujours par leurs mémoires, leurs récits, nos visites et mes voyages. Mes origines sont en Sicile, c’est ma terre, mais le village c’est chez mes parents, pas chez moi. J’ai besoin d’y aller chaque année, et une fois sur place je m’y ennuie. De l’ennui, de la tendresse et des questions qui m’ont amené à photographier ce village comme on parcourt adulte la maison de son enfance.

Attendre le retour

En hiver, rien ne se passe, c’est figé, seuls les vieux sont dehors. Les autres sont partis travailler ailleurs et ils seront de retour, plus tard. Je me suis aventuré dans les rues et les cafés au cours de promenades, un reportage sans but précis, plus une pratique qu’un objectif. J’ai capté des sensations et des instantanés en laissant de côté ma technique photographique et en cherchant ma place dans ces temps de l’intime.

Attendre l’arrivée

Les processions de Santa Maria della Stella , des 8 et 9 septembre animent Militello in Val di Catania. Les immigrants sont de retour, les touristes et visiteurs nombreux. La place centrale est noire de monde et tous attendent la sortie de la Vierge pour la procession qui se déroule du parvis de l’église Santa Maria aux ruelles du bourg. Tirs de canon, confettis et guirlandes bianco blu, le village se prépare et se colore pour se célébrer. Sacrées et folkloriques, ces processions sont déjà connues, documentées et photographiées. Je ne voulais pas montrer ce cortège ou ses protagonistes mais son intensité et son rythme pour moi. J’ai pris le regard de ceux qui y assistent, cherchant ma place dans la foule et les temps morts de l’été festif.

Attendre,

trouver sa place,

trouver la bonne distance.

Extrait de l’exposition Casa Mia présentée au cafe du tunnel.

Casa+Mia+Militello+in+Val+di+Catania+(Francesco+Ragusa+Photo)02.jpg
       
     
Casa+Mia+Militello+in+Val+di+Catania+(Francesco+Ragusa+Photo)03.jpg
       
     
Casa+Mia+Militello+in+Val+di+Catania+(Francesco+Ragusa+Photo)04.jpg
       
     
Casa+Mia+Militello+in+Val+di+Catania+(Francesco+Ragusa+Photo)05.jpg
       
     
Casa Mia Militello in Val di Catania (Francesco Ragusa Photo)08.jpg
       
     
Casa+Mia+Militello+in+Val+di+Catania+(Francesco+Ragusa+Photo)07.jpg
       
     
Casa+Mia+Militello+in+Val+di+Catania+(Francesco+Ragusa+Photo)08.jpg
       
     
Casa Mia Militello in Val di Catania (Francesco Ragusa Photo)14.jpg
       
     
Casa+Mia+Militello+in+Val+di+Catania+(Francesco+Ragusa+Photo)010.jpg
       
     
Casa+Mia+Militello+in+Val+di+Catania+(Francesco+Ragusa+Photo)011.jpg
       
     
Casa+Mia+Militello+in+Val+di+Catania+(Francesco+Ragusa+Photo)012.jpg
       
     
Casa+Mia+Militello+in+Val+di+Catania+(Francesco+Ragusa+Photo)013.jpg